Médiation familiale

Nous fournissons des services de médiation familiale dans tous les types de cas familiaux, y compris le divorce, les finances et les enfants.

Médiation familiale à Londres

La médiation familiale est souvent dans le cas d’un divorce ou d’une séparation où un résultat doit être déterminé quant à l’avenir des enfants, des biens ou des finances que les parties qui se séparent possèdent. La médiation familiale est un processus de résolution des conflits familiaux par un médiateur indépendant et formé pour aider les couples qui se séparent à trouver une solution aux problèmes liés aux enfants, aux finances et à d’autres questions liées à la famille. Le médiateur facilite la négociation pour trouver une solution qui fonctionne pour les deux. Dans les affaires de divorce ou de fin de partenariat civil, la plupart du temps, la présence à une audience du tribunal n’est pas requise. Néanmoins, dans les cas où il y a des problèmes liés aux enfants et aux finances, le tribunal s’attendra à ce que les parties envisagent la médiation avant de demander au tribunal d’entendre leur affaire.

veuillez visiter http://mediationeurope.net/

La médiation offre les avantages suivants :

  • Moins de conflits, d’anxiété et de stress
  • Une transition plus facile pour les enfants
  • Résolution plus rapide des problèmes – Meilleure prise de décision par les deux partenaires
  • Économies importantes
  • Amélioration de la communication et de la coopération
  • Contrôle total sur le résultat

Foire aux questions sur la médiation familiale

Combien de temps prendra le divorce ?

Cela dépend dans une large mesure de la juridiction qui a rendu l’instance. Pour un divorce non défendu, le délai entre l’émission de la requête et le décret absolu (le décret final) est généralement compris entre 4 ½ et 6 mois. Cela prendra probablement plus de temps si les aspects financiers doivent être résolus par le tribunal.

Où engager une procédure de divorce ?

Une requête peut être présentée au greffe principal de la division de la famille ou à tout tribunal de comté pour le divorce. Vous devez être marié depuis plus de 12 mois.

Sur quoi fonder la demande de divorce ?

Il n’y a qu’un seul motif de dissolution du mariage, c’est-à-dire que le mariage est irrémédiablement rompu et pour le prouver, vous devez prouver l’un des cinq faits. S’il est satisfait des faits, le tribunal accordera en première instance un décret Nisi, qui ne peut être rendu absolu pendant six semaines et un jour.

Les cinq faits sont :
a) l’intimé a commis un adultère et le requérant trouve intolérable de vivre avec l’intimé ;
b) comportement déraisonnable de la part de l’intimé ; c’est-à-dire qu’ils ont été violents envers vous
c) désertion (pour une période de plus de deux ans) ;
d) que les parties ont vécu séparément pendant plus de deux ans et que l’intimé consent au divorce et
e) les parties vivent séparément depuis plus de 5 ans.

Les deux motifs immédiats, a) et b), sont les plus courants. Avec une requête en adultère, il n’est plus nécessaire de nommer le codéfendeur, et il est en effet encouragé de ne pas le faire. Avec une pétition pour comportement déraisonnable, les détails s’étendront généralement sur 3 ou 4 paragraphes et devraient indiquer le premier incident, le pire et le dernier. A la fin de la pétition est une prière pour le soulagement recherché. Cela inclut généralement les demandes d’aide financière du requérant et il est nécessaire que toutes les demandes soient incluses ici, même s’il est peu probable qu’elles soient poursuivies.

Peu importe qui d’entre nous engage la procédure ?

La personne qui lance la procédure (le requérant) aura le contrôle du processus. L’autre personne (le répondant) a un rôle limité à jouer. Peu importe qui engage la procédure et il se peut que vous vous mettiez d’accord entre vous sur la façon dont vous partagerez les frais de justice.

Quelle est la procédure de divorce ?

La requête est transmise au tribunal avec un formulaire précisant les dispositions prises pour les enfants. Parfois, ce formulaire fait l’objet d’un accord entre vous avant que la procédure ne soit émise. Les arrangements ne vous lient pas et, s’il y a un différend entre vous, non résolu par la médiation, il est loisible à chacun de vous de faire une demande en vertu de l’article 8 de la loi sur l’enfance de 1989 pour obtenir des ordonnances de résidence, de contact, d’étapes interdites. ou des ordres d’émission spécifiques.

Une fois que la requête en divorce, l’état des arrangements pour les enfants, l’acte de mariage original, les frais et le nombre exact de copies ont été envoyés au tribunal, le requérant reçoit une note du numéro du tribunal et les documents sont signifiés au répondant par courrier. L’intimé reçoit un formulaire d’accusé de réception qu’il doit remplir et retourner au tribunal.

Le tribunal transmettra une copie du formulaire d’accusé de réception au requérant une fois qu’il l’aura reçu, et le requérant remplira ensuite un formulaire type d’affidavit à l’appui de la requête. Celui-ci, une fois assermenté, est déposé avec un formulaire de demande d’instructions pour le procès. Les documents à ce stade sont soumis à un juge de district qui certifiera si le décret peut être accordé ou non. S’il le peut, le tribunal indiquera une date pour le prononcé du décret nisi et vous informera de la date. Il n’est nécessaire pour aucune présence à la date du décret nisi, et quelques jours après, une copie du décret vous sera envoyée. Enfin, six semaines et un jour après le décret nisi, le requérant peut demander que le décret soit rendu absolu. Cela se fait au moyen d’un formulaire avec les frais de justice appropriés. Il s’agit d’un acte administratif qui est généralement renvoyé par le tribunal dans les jours qui suivent la demande.

Comment notre accord financier s’intègre-t-il dans le processus de divorce?

Les questions financières sont liées au divorce. Si vous souhaitez que vos propositions soient incorporées dans une ordonnance par consentement pour le tribunal, le divorce doit avoir atteint le stade du jugement définitif. Le tribunal n’a compétence que pour rendre des ordonnances financières sur ou après le décret nisi et ils sont généralement mis en vigueur sur décret absolu. Avec un arrêté de partage des retraites, il faut qu’il y ait un décret absolu.

Doit-on divorcer à ce stade ?

Il existe d’autres options. Vous pouvez tomber sur un décret de séparation de corps. Cela peut être obtenu sur la preuve des cinq mêmes faits que le divorce, mais le jugement de séparation de corps ne met pas fin au mariage – il stipule simplement que vous pouvez vivre séparés l’un de l’autre. Il est parfois utilisé pour des raisons religieuses ou lorsque quelqu’un ne veut pas divorcer, mais souhaite avoir accès aux demandes d’aide financière disponibles.

Le mariage pourrait également être annulé. Les requêtes en nullité mettent fin au mariage et le mariage peut être considéré comme nul ou annulable. Un allégement financier est également ouvert aux parties aux requêtes en nullité.
Si vous n’avez pas l’intention d’engager une procédure à ce stade, il est alors possible d’incorporer vos propositions dans un acte de séparation. Tant qu’il y a eu divulgation complète et que vous avez reçu des conseils juridiques, il est probable que le tribunal maintienne tout accord que vous enregistrez au moment où le divorce est prononcé si vous n’êtes pas marié. Par conséquent, vos propositions peuvent également être incorporées dans un acte de séparation.

Que se passe-t-il si nous sommes dans un partenariat civil?

Si vous cherchez à dissoudre un partenariat civil, la procédure est la même que pour le divorce, mais il existe quelques différences. Tout d’abord, une demande, et non une requête, entame la procédure. Deuxièmement, il y a l’ordre conditionnel et définitif par opposition au décret nisi et au décret absolu. Troisièmement, le terrain est le même – la rupture irrémédiable du partenariat.

Où puis-je obtenir de l’aide supplémentaire ?

Il existe plusieurs sites Web qui peuvent vous aider dans le processus. Il peut être intéressant de saisir la « procédure de divorce » dans le moteur de recherche de votre ordinateur. Cependant, certains de ces sites facturent même uniquement les formulaires. Il est possible d’obtenir gratuitement les formulaires au greffe du tribunal, et quelqu’un au greffe vérifiera parfois que le contenu des documents est exact pour vous avant que les procédures ne soient émises.

hands, friendship, friends-2847508.jpg

Réunions d’information et d’évaluation de la médiation (MIAM)

Si vous souhaitez porter votre affaire devant les tribunaux, il est obligatoire (dans la plupart des cas) d’assister à une réunion d’information et d’évaluation sur la méditation (souvent appelée MIAM). L’autre personne impliquée doit également assister à une réunion, mais elle n’est pas obligée d’assister à la même réunion que vous.

Qu’est-ce qu’un MIAM ?

MIAM signifie Mediation Information and Assessment Meeting.

Il s’agit d’une première rencontre avec un médiateur familial spécialement qualifié pour déterminer si vos problèmes peuvent être résolus sans passer par les tribunaux. Le médiateur vous fournira des informations sur les options disponibles pour une résolution extrajudiciaire, y compris la médiation, et discutera avec vous des avantages et des inconvénients. La rencontre est confidentielle.

Qui peut conduire un MIAM ?

Le médiateur doit être accrédité par le Family Mediation Council (FMC) et vous pouvez en rechercher un en ligne pour un médiateur de résolution ici.

Où se déroule un MIAM ?

Votre MIAM se tiendra au bureau du médiateur ou dans un lieu convenu. Ils peuvent également être menés via une vidéo en ligne, telle que Skype, si c’est le meilleur moyen de tenir la réunion.

Quand dois-je assister à un MIAM ?

Vous devez vous présenter à un MIAM avant d’introduire une requête au tribunal de la famille à moins que l’une des exceptions ne s’applique à votre cas. Ceux-ci inclus :

  • Violence domestique (vous devrez répondre à certains critères);
  • Préoccupations relatives à la protection de l’enfance ;
  • Urgence; et
  • Participation antérieure à un MIAM ou à une dispense MIAM.

Le Conseil de médiation familiale fournit plus d’informations sur les moments où vous n’avez pas besoin d’assister à un MIAM.

Qui participera au MIAM ?

Vous pouvez vous rendre au MIAM seul ou avec votre partenaire, si vous acceptez tous les deux d’y assister ensemble. Vous pouvez choisir et la plupart des couples décident d’avoir des réunions séparées. Si vous avez une réunion ensemble, le médiateur parlera à chaque partie séparément à un moment donné pour s’assurer que vous êtes à l’aise avec le processus et vérifier s’il y a des problèmes de préjudice ou d’abus.

Que se passe-t-il au MIAM ?

Lors de la réunion, votre médiateur :

Vous fournir des informations sur la médiation et d’autres formes de règlement des différends, y compris l’arbitrage et le processus de collaboration.
Évaluer la pertinence de la médiation pour résoudre le différend.
Évaluez s’il y a eu ou s’il y a un risque de violence domestique ou de mal à un enfant.
Vous orienter vers tout support pertinent, par exemple des sources d’informations en ligne sur les problèmes liés à la séparation.

Que se passe-t-il après le MIAM ?

Si vous et votre partenaire acceptez d’essayer la médiation, vous pouvez prendre rendez-vous pour votre première séance de médiation.

Si vous décidez de ne pas poursuivre la médiation ou si cela ne vous convient pas, le médiateur devra signer le formulaire judiciaire pertinent pour montrer que vous avez pensé à recourir à la médiation. Cela vous permettra de présenter votre demande au tribunal.

Combien coûte un MIAM ?

Si vous êtes éligible à l’aide juridictionnelle, le MIAM sera gratuit. Votre médiateur pourra vous parler de votre admissibilité à l’aide juridique.

Le médiateur fixe le coût du MIAM et certains peuvent le fournir gratuitement. Vous devriez demander au médiateur quelles sont ses charges avant d’organiser votre rencontre.

girl, father, portrait-1641215.jpg

Qu’est-ce que la médiation et comment ça marche ?

La médiation est une procédure dans laquelle les parties discutent de leurs différends avec l’aide d’une ou plusieurs tierces personnes impartiales formées qui les aident à parvenir à un règlement. Il peut s’agir d’une réunion informelle entre les parties ou d’une conférence de règlement prévue. Le litige peut être soit pendant devant un tribunal, soit potentiellement un litige qui peut être déposé devant un tribunal. Les cas pouvant faire l’objet d’une médiation sont les litiges dans les transactions commerciales, les dommages corporels, la construction, l’indemnisation des accidents du travail, les relations de travail ou communautaires, le divorce, les relations familiales, l’emploi ou toute autre question qui n’implique pas de problèmes complexes de procédure ou de preuve. La participation à la conférence de médiation est volontaire par les parties, sauf lorsqu’elle est régie par une clause statutaire ou contractuelle.

Le médiateur est une personne qui fait preuve de patience, de persévérance et de bon sens. Il/elle dispose d’un arsenal de techniques de négociation, de compétences en dynamique humaine et de pouvoirs d’écoute, d’articulation et de reformulation efficaces. Le médiateur est un facilitateur qui n’a pas le pouvoir de résoudre le conflit. Les parties élaboreront la solution au fur et à mesure que le médiateur avance dans le processus. Dans de nombreuses juridictions, le médiateur est un avocat mais ne peut pas donner de conseils juridiques lorsqu’il joue le rôle de médiateur. Cependant, l’expertise du médiateur dans le domaine peut être bénéfique pour les parties dans la formulation et la formulation de l’accord de médiation ou dans des circonstances où les parties sont ouvertes à une évaluation neutre de l’affaire.

AVANTAGES DU PROCESSUS DE MÉDIATION

Aux Fêtes

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une partie à un différend peut choisir la médiation plutôt qu’un litige traditionnel ou d’autres formes de règlement extrajudiciaire des différends. Certains d’entre eux sont l’abordabilité, la résolution rapide, les séances privées, la confidentialité, la participation à la résolution du différend et, dans de nombreux cas, la préservation des relations entre les parties.

Le coût de la médiation est inférieur au coût moyen en temps et en argent du règlement d’un différend. Le taux horaire du médiateur est généralement inférieur au taux horaire d’un avocat. Les parties peuvent souvent programmer une médiation dans les semaines suivant une décision de médiation ou une ordonnance du tribunal de médiation.

Les médiateurs offrent leurs services les soirs, les fins de semaine et les jours de semaine réguliers. Il n’y a pas de spectateurs à la médiation et tout ce qui est dit dans la médiation ne peut être répété ou rapporté par le médiateur à une autre partie. L’entente de règlement est le seul dossier de la procédure. L’Accord de médiation qui est signé par les parties avant la conférence rappellera souvent aux parties la confidentialité de la session et que le médiateur n’est pas disponible comme témoin volontaire dans un procès de l’affaire.

La capacité de façonner des résolutions conviviales à un différend est un élément attrayant de la médiation. Les parties sont habilitées à résoudre leur problème dans des termes réalisables pour parvenir à une solution « gagnant-gagnant ». Cela favorise souvent la guérison lorsqu’une partie se sent extrêmement lésée ou permet aux parties de poursuivre leurs affaires, leur emploi ou leur relation personnelle. Dans de nombreux cas, les parties renforcent leur relation de travail pour une plus grande efficacité au travail.

Aux avocats

La capacité de faire avancer les affaires jusqu’à la résolution est un problème omniprésent pour les avocats alors qu’ils cherchent à améliorer la situation financière de leur pratique. Ceci est compliqué par les dossiers des tribunaux qui sont en attente et beaucoup de temps est passé à attendre qu’un juge ou un jury soit désigné même un jour où une affaire est programmée. Les prorogations sont souvent demandées par l’avocat adverse dans des affaires courantes qui, si elles sont résolues, limiteraient la quantité de main-d’œuvre allouée à un cas particulier.

La médiation offre une opportunité d’améliorer la gestion/résolution des cas et la satisfaction des clients. Une plainte pour discrimination en matière d’emploi peut prendre des années à être portée devant les tribunaux. En utilisant diverses formes de règlement extrajudiciaire des différends disponibles dans le domaine du droit du travail, un avocat peut résoudre de telles plaintes en quelques mois après la fin de l’enquête. Un cas de blessure corporelle avec une simple blessure des tissus mous peut être arbitré en quelques semaines après la soumission de la lettre de mise en demeure à la compagnie d’assurance dans les domaines où les compagnies d’assurance ont accepté de s’occuper de certaines catégories de cas.

Le mouvement rapide et efficace des affaires d’indemnisation des travailleurs, les divorces contestés avec des problèmes complexes de propriété et de garde et les différends relatifs aux contrats commerciaux peuvent améliorer la situation financière de votre entreprise. Les avantages corollaires sont la satisfaction du client/client, une augmentation des références de clients et plus de temps pour les cas complexes.

La médiation offre la possibilité d’améliorer vos résultats en ajoutant un service à votre pratique. Vous pouvez devenir médiateur désigné par le tribunal pour les médiations ordonnées par le tribunal, faire connaître vos services aux membres du barreau qui recherchent des médiateurs possédant une expertise particulière ou collaborer avec un groupe d’avocats pour fournir un service de médiation dans un secteur ou un domaine du droit particulier.

COMMENT ÇA MARCHE?

La conférence se tient dans un lieu neutre mutuellement acceptable. Il peut s’agir du bureau du médiateur ou d’un autre établissement privé inaccessible aux spectateurs. Cependant, la médiation initiale peut se poursuivre par des négociations téléphoniques ultérieures entre le médiateur et les parties, le cas échéant. En général, les médiateurs emploieront des négociations en face à face ou mèneront des co-médiations dans des circonstances potentiellement incendiaires telles que les relations familiales.

Sont présents à la séance les parties, leurs avocats, s’ils sont représentés, le médiateur et d’autres comme convenu à l’avance. Dans les médiations communautaires, il y a généralement un grand nombre de personnes présentes et souvent il y a des co-médiateurs. La salle est spacieuse et le décorum est difficile.

Les parties à une médiation peuvent être représentées ou non par un avocat. Lorsqu’un avocat est présent, les parties peuvent être encouragées à travailler avec les médiateurs et à s’entretenir avec les avocats sur des questions juridiques. En général, le protocole avec les avocats est établi avant la séance. La présence à la médiation de la partie habilitée à régler est essentielle. Dans le cadre d’une médiation en matière de dommages corporels ou d’indemnisation des accidents du travail, les experts en sinistres doivent informer le médiateur que leur superviseur ou une autre personne détenant le plein pouvoir de règlement est facilement joignable par téléphone.

INFOLETTRE domainegaugey

Restez informé grâce à la newsletter du domainegaugey destinée aux professionnels du droit
Entrez votre adresse mail pour vous inscrire

En savoir plus sur les newsletters de domainegaugey, notamment nos conditions d’utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d’utilisation de Google s’appliquent.
La séance, à la discrétion du médiateur ou du forum, peut être centrée sur le processus (facilitation) ou sur le fond (règlement de l’affaire ou évaluation). Le règlement des affaires est souvent préféré par la plupart des tribunaux qui utilisent la médiation pour leurs petites créances. La médiation évaluative est utilisée pour les médiations spécifiques à l’industrie où un expert est requis pour comprendre la nature de la controverse.

Une médiation facilitatrice passera par plusieurs étapes :

Introduction : Dans un premier temps, le médiateur fera une déclaration liminaire qui pourra être mémorisée ou non, mais qui contiendra des informations pertinentes pour les parties. Elle débutera par une introduction et une description de sa formation et de son expérience, procédera à une vérification déontologique et recueillera les noms des parties et de leurs conseils ou représentants. Ensuite, les questions administratives sont abordées : les honoraires des médiateurs ; signer l’Accord de médiation si cela n’a pas été fait lors de la phase de contact initiale ; confidentialité de la procédure; et la possibilité d’un examen ultérieur par l’avocat de tout accord. Ensuite, le programme de la conférence et des réunions futures est déterminé avec des pauses, un déjeuner et des salles supplémentaires pour des réunions privées. Le processus est décrit avec quelques règles de conduite simples : Les parties feront preuve d’une courtoisie commune et s’autoriseront mutuellement à remplir des déclarations sans interruption. Ils peuvent utiliser les blocs-notes et crayons fournis pour permettre la conservation des pensées mais doivent permettre la collecte et la destruction des blocs-notes à la fin de chaque séance.

Il s’agit de la période la plus longue pendant laquelle le médiateur est censé s’exprimer et tout au long de cette ouverture, cela encouragera les parties à un effort de bonne foi de règlement et de divulgation complète au médiateur. Toutes les conversations et tous les documents présentés lors de la séance de médiation sont confidentiels, à moins qu’ils ne puissent être découverts autrement dans un tribunal.

Détermination du problème : Au cours de cette étape, chaque partie rendra compte des faits et des circonstances qui ont conduit au différend. Les problèmes seront identifiés et résumés.

Génération d’options et d’alternatives : Les parties en litige, conjointement ou en sessions séparées (Caucus) avec le médiateur, identifieront les domaines de règlement. Le médiateur peut résumer les résultats des séances privées avec chaque partie et encourager les options. Une évaluation réaliste des forces et des faiblesses de la position de chaque partie sera l’objectif de cette étape. Les négociations et la prise de décision par les parties se poursuivront à moins que le médiateur ne déclare une impasse et mette fin à la médiation ou continue la médiation lors d’une session ultérieure.

Clarification et rédaction de l’accord : Les termes de tout règlement seront rédigés par les parties. Si le conseiller juridique n’est pas présent, les parties peuvent choisir de faire examiner le document par un conseiller juridique et le signer à une date ultérieure.

DES PÉNALITÉS POUR NE PAS PARVENIR À UN RÈGLEMENT ?

Il n’y a pas de sanctions légales en cas de non-règlement lors de la médiation. Dans les États où la médiation est ordonnée par le tribunal, des sanctions peuvent être imposées en cas de non-participation à la conférence de médiation et d’effort de bonne foi pour régler.

Lorsque les parties ne parviennent pas à s’entendre, l’affaire peut être portée devant un organisme administratif ou un tribunal compétent ou fixée pour l’action suivante selon la procédure du for. Généralement, le seul signalement d’une médiation infructueuse est le renvoi par le médiateur au tribunal ou à l’agence pour un traitement ultérieur.

QUALIFICATIONS D’UN MÉDIATEUR

La plupart des juridictions, des agences administratives et des sociétés de règlement des différends exigent que les médiateurs aient un minimum de 20 à 40 heures de formation générale en médiation, une quantité désignée d’expérience en médiation, en tant qu’observateur ou co-médiateur avec un médiateur expérimenté et un diplôme universitaire ou plus haute. Les candidats doivent soumettre une preuve d’achèvement de la formation, de l’expérience, de l’éducation et des lettres de référence de personnes qui ont utilisé leur service, les ont évalués en tant que co-médiateur et/ou peuvent attester de leur caractère. La plupart des forums préfèrent former leurs médiateurs ou certifier diverses entreprises ou programmes collégiaux pour la formation en médiation. La formation à la médiation reçue d’une entité non certifiée ou approuvée est souvent soumise à un examen minutieux quant au niveau de compétence des formateurs et de leur programme.

Dans la plupart des États, un diplôme en droit n’est pas nécessaire pour être un médiateur. Cependant, les États qui autorisent les non-juristes à être médiateurs ont des exigences d’expérience et de médiation plus strictes pour les demandeurs. Quatre à six heures de formation à la compréhension du système judiciaire d’un État sont généralement une exigence pour un non-juriste ou un avocat hors de l’État qui cherche à obtenir une certification en médiation dans un État dans lequel il n’est pas autorisé. Cette exigence est cruciale lorsque le médiateur sollicite des médiations désignées par le tribunal. Une exigence similaire peut être trouvée dans les cas où une certification d’agence est demandée.

ÉTHIQUE DU MÉDIATEUR

Les statuts des médiateurs d’Etat comportent des dispositions déontologiques et généralement l’obligation d’effectuer un certain nombre d’heures de formation sur la déontologie. La plupart des programmes de formation consacrent un nombre important d’heures à des considérations éthiques. S’il n’y a pas de règles adoptées localement, les formateurs discuteront des normes de l’American Arbitration Association (AAA), de la Society for Professionals in Dispute Resolution (SPIDR) ou de la National Association of Security Dealers (NASD).

family, beach, people-6398107.jpg

Qu’est-ce que la médiation et comment elle peut aider

La médiation est un moyen de réparer les relations lorsqu’il y a un désaccord au travail.

La médiation est tenue par une personne neutre (un « médiateur »). Le médiateur est impartial. Cela signifie qu’ils ne prennent pas parti. Ils sont là pour aider toutes les personnes impliquées à trouver une solution à laquelle elles peuvent toutes se mettre d’accord.

Il ne s’agit pas de juger qui avait raison ou tort dans le passé, mais de déterminer comment s’entendre pour travailler ensemble à l’avenir.

La médiation est un moyen rapide de résoudre les différends au travail et est :

  • moins formelle
  • souple
  • volontaire
  • confidentiel
  • généralement pas juridiquement contraignant

Comment la médiation peut aider

La médiation aide à réparer les relations de travail en :

  • trouver des solutions que tout le monde accepte
  • améliorer la communication
  • permettant à toutes les personnes impliquées d’avoir le contrôle de ce qui est finalement convenu

Les avantages de la médiation sont nombreux. Par exemple, la médiation peut aider à :

  • réduire le stress
  • garder des employés précieux
  • éviter les processus plus formels, comme aller au tribunal du travail
  • arrêter plus de griefs soulevés

éviter de payer des frais élevés, par exemple, les réclamations du tribunal du travail
Les résultats de la médiation sont décidés par toutes les personnes impliquées et peuvent être flexibles. Les résultats peuvent inclure :

  • une reconnaissance des points de vue de chaque partie
  • un engagement à changer les comportements
  • un engagement à revoir régulièrement l’accord conclu
  • un accord pour revoir les politiques et les procédures

un accord pour partager le travail plus équitablement et donner plus de responsabilités
Une démarche volontaire et confidentielle
Si vous ne souhaitez pas participer à la médiation, vous n’êtes pas obligé de le faire.

La médiation est volontaire et confidentielle. Le médiateur conviendra avec toutes les personnes impliquées quelles informations peuvent être partagées en dehors de la médiation et comment. Si vous ne parvenez pas à un accord, tout ce qui a été dit pendant la médiation doit rester confidentiel et ne peut pas être utilisé dans des procédures futures.

Quand la médiation peut-elle être utilisée

La médiation est utilisée pour résoudre les désaccords concernant les relations de travail plutôt que d’autres conflits, tels que la rémunération ou les problèmes liés au licenciement ou à la conduite.

Vous pouvez utiliser la médiation pour résoudre :

  • intimidation et harcèlement
  • des problèmes de communication
  • conflits de personnalité
  • ruptures de relations
  • Quand commencer la médiation

C’est une bonne idée d’essayer de résoudre le problème de manière informelle d’abord, avant de penser à recourir à la médiation.

Découvrez comment soulever un problème au travail

Si le problème ne peut pas être résolu de manière informelle, vous pouvez recourir à la médiation. La médiation peut être utilisée à n’importe quelle étape d’un différend, mais il est préférable de la commencer dès que possible. Plus le désaccord est traité tôt, moins il y a de chances que les choses empirent.

Vous pouvez également utiliser la médiation pour reconstruire des relations après une procédure disciplinaire ou de règlement des griefs.